Mai 2021, les salles de spectacles rouvrent leurs portes. Découvrez sur notre site, la liste mise à jour des spectacles maintenus ou reportés dans nos 6 lieux.

Rechercher

Yorgui Loeffler Quintet Nouvelle création

Musique, Jazz

mar. 5 juin 2012 - 20h30

« Nul n’est prophète en son pays et les artistes encore moins que les autres ! »

Ce n’est pas le titre de la création que Yorgui Loeffler et ses frères en musique vont livrer au public après quelques mois d’une résidence initiée et soutenue par la MAC de Bischwiller. En effet, cette résidence et son aboutissement, démontrent que, parfois, certaines exceptions viennent confirmer la règle. C’est d’ailleurs cette exception qui caractérise le travail et la démarche de Yorgui Loeffler.

Guitariste et musicien d’exception, inspiré par le maître Django, il a accepté, ce qui probablement une première pour un musicien autodidacte et issu du sérail manouche, la contrainte que représente une « résidence ». Le terme même de « résidence » souligne la confrontation d’un univers musical issu d’une culture intrinsèquement nomade à une remise en question de sa pratique d’une musique, certes extrêmement virtuose, mais complètement improvisée. Cette improvisation, assez paradoxalement encore, est développée dans le cadre de codes stylistiques, rythmique et harmoniques extrêmement structurés voire ritualisés. Ce défi, aujourd’hui relevé, constitue donc un nouveau tournant dans la carrière de Yorgui Loeffler qui intègre, au passage, à son langage musical une dimension « préparée » et « arrangée » se nourrissant et proposant une synthèse très personnelle de toutes ses influences musicales. Il est, ici, servi par sa formation habituelle et des musiciens provenant d’univers différents mais avec lesquels Yorgui a mis son « âme musicienne » en vibration. Loin aussi de Yorgui, l’idée abstraite de « repousser les frontières du jazz manouche », ou d’en proposer une « fusion » quelconque. Il s’agit juste, et sans verser dans l’hommage, de restituer en toute simplicité, de façon personnelle, presque intime, l’apport de la musique de Django Reinhardt.

Durée : 1h15

Yorgui loeffler, Gigi Loeffler, Billy Weiss : guitares
Vincent Bidal : piano
Jean-Luc Fabre : contrebasse